Cavale ça veut dire s’échapper

Cavale ça veut dire s’échapper « extrait »

CALI

Sortie le 14 mars 2019 éditions « le cherche midi »

« Bruno, 15 ans,  entre dans l’adolescence comme si demain était son dernier jour, en cavalant. Bruno prend tout, s’immerge dans la violence des émois qui déterminent cet âge-là, et nous nous prenons à cavaler avec lui. Cavale se déroule fiévreusement et s’ancre dans nos esprits comme le reflet de nos jeunesses passées, et c’est tout l’art de Cali que de savoir nous les faire revivre au travers d’un ton et d’une voix d’une justesse absolue. »  (Agence littéraire CGR)

Cali « Cavale »

« On ne comprenait pas tout, mais à nos âges tout explosait autour et on ne demandait qu’une chose, exploser avec. »

« Un instant, j’ai voulu vous suivre, vous voir, respirer ce que j’aurais dû respirer. Mais je suis resté sur la pente. J’ai pleuré, pas fort non, mais ruisselant à l’intérieur. J’entendais des gouttes tombées de très haut, une à une, au fond de mes entrailles  déchiquetées. Mon ventre pleurait et mon coeur hurlait, comme quand un coeur hurle à la fin du tout. Est-ce qu’on meurt d’amour ? »

« C’était beau, je jure que c’était beau comme Babylone. Nos yeux qui dansaient là autour de la table  de notre bar favori, autour de ce projet de vie, d’amitié de fraternité. Nos coeurs qui hurlaient dans cette forêt broussailleuse, hasardeuse, qu’on appelle l’adolescence. Plus rien autour. Seule la meute prête à mordre. Pas une fille pour nous aider à souffrir, rien. Juste cette bande de jeunes déjantés de quinze ans. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *