Notre amour est un pitbull

Éparpillés, un recueil de poésie publié aux Éditions Invenit sorti le 6 novembre 2020.

Invenit a créé une nouvelle collection, baptisée « Le chant des possibles », imaginée et dirigée par Eric Poindron écrivain, critique, éditeur, collectionneur. Les trois premiers titres sont des ouvrages de Cali, Baptiste Beaulieu et Marc Dufaud.

Le recueil de Cali regroupe des écrits et quelques ébauches de chansons. L’auteur parle de sa vie, de ses proches, de ses héros, de ses modèles, de ses rêves, de ses regrets, de ses doutes… Des textes écrits par-ci par-là, sur plusieurs années, sur la route.

A chaque instant l’auteur est à la recherche de vibration et de pureté. Il nous fait voyager dans ses souvenirs. Il extériorise ses humeurs, et ses émotions. Un besoin de dépecer son cœur. Il rend hommage à ceux qu’il aime et qu’il admire. Les textes sont très personnels, ils expriment des sentiments universels.

Eric Poindron permet à Cali de dévoiler au grand public sa plume poétique, sa façon bien personnelle de se libérer par les mots et les sons.

Dans l’Amour est un pitbull Cali utilise une métaphore. Avec beaucoup d’imagination, il fait un rapprochement entre l’Amour et un pitbull. L’Amour peut être violent, effrayant dangereux. Ce texte est une suite d’images qui insistent constamment sur cette ressemblance et qui finalement nous donne une impression d’évidence.

Un pitbull éduqué ne présente-il pas une certaine douceur, le calme et la fidélité même s’il doit être sorti muselé et en laisse ? Mais certes, quand il attaque il ne lâche rien, « il nous tient ».

notre Amour est un pitbull
je le caresse dans le sens du poil
je sais qu'il peut m'arracher le bras à tout
 moment
si tu lui remets cette muselière
je l'abattrai froidement
notre Amour est un pitbull
il nous dévorera un jour sans pitié
personne ne me pleurera
car lequel de nous deux à l'air de l'assassin
quand je le promène dans la rue
à l'heure du couvre-feu
quand la bave coule de ses lèvres
il se traîne en grognant autour
des dernières ruines de notre sale histoire
alors je n'entends plus que le bruit des mes
 doigts maigres
qui parcourent ta peau
comme des troupes lâchées dans la nuit
je devine leurs gémissements apeurés dans le 
 noir
notre Amour est un pitbull
il fallait s'en débarrasser quand il était encore
 temps
tu savais comme moi qu'il était enragé
assassin tueur
notre Amour est un pitbull
il nous tient

otre amour est un pitbulest un exemple de la puissance de l’écriture de Cali. Il compare l’amour à un pitbull. placer les mots là ou ça fait mal souffrance douleur cruel.. il ne peut pas s’en échapper. il va a l’extreme

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Eparpilles.jpg.
Eparpillés Cali – Le chant des possibles

Tout ce qui ne reviendra plus

« Tout ce qui ne reviendra plus » est un titre de l’album « l’âge d’or » sorti le 9 mars 2015.

Cali évoque ses souvenirs d’enfance. Toutes ces choses qui l’on aidé à grandir : Son institutrice, ses premiers mots, les copains, ses premiers amours, le Rugby, sa maman.

Des périodes qu’il a aimé mais qui ne reviendront plus. 

Un besoin de parler de sa vie, de sa famille, de tout ce qui le rattache à l’enfance. Ce sont bien sûr des moments de bonheur, mais aussi de douleur et d’émotion. Cali ne veut pas être nostalgique mais souhaite se souvenir des instants de grâce de pureté. Un tournant vers l’avenir. Tous ces souvenirs sont ses bagages pour la vie. Ils lui ont permis de devenir l’homme qu’il est aujourd’hui. Nous avons tous besoin de notre passé. 

En hommage au monde du ballon ovale, il se souvient de « Casque d’or » (surnom de l’ancien joueur de rugby français Jean-Pierre Rives), et de Roger Couderc et de « Bala » (Pierre Albaladejo) qui commentaient les matchs à l’époque. 

Ce texte écrit en rimes plates puis en rimes croisées réveille notre mémoire. La musique a été co-écrite avec David François Moreau rencontré fin 2013, sur une émission du Téléthon en compagnie de Bénabar et Patrick Bruel. Une ballade piano-voix au début, puis un rythme qui nous fait voyager…

Ce morceau a eu un réel succès médiatique, une version remixée plus rock est sortie (Ogeville mix). Dans cet version le premier « pont » a été exclus. Certainement parce qu’il ne correspondait pas à l’ interprétation que l’artiste a voulu donner à cette adaptation électrique. 

Devant la poste la fête foraine
Des camions rouges échoués qui se traînent
Et un cheval la bave aux dents
Crevé de venir tourner tous les ans

Un stylo plume qui rate
Et le buvard qui boit les pattes
De mouche sur un cahier qui tend
C’est comme un petit carreau blanc

Tout ce qui ne reviendra plus
Tout ce qui ne reviendra plus
Tout ce qui ne reviendra plus

Rue de l’école Mme Cazes
Nous offre nos premières phrases
Ces mots qu’on accroche comme des trains
Ces fautes qu’on pique chez le voisin

Se coudre ses meilleurs copains
Sur le cœur jusqu’à la fin
Partager jusqu’au dernier pou
Toutes ces joies, tous ces chagrins, tout, tout, tout

Tout ce qui ne reviendra plus
Tout ce qui ne reviendra plus
Tout ce qui ne reviendra plus

Et dans le parc du casino
Avaler des lèvres trop tôt
Mourir d’amour c’est trop violent
Quand on a tout juste 10 ans

La fille qui est venu et qui a coupé
Le premier cœur qu’on a montré
Et la renifler comme un chien
Chez toutes les autres jusqu’à la fin

Tout ce qui ne reviendra plus
Tout ce qui ne reviendra plus
Tout ce qui ne reviendra plus
Tout ce qui ne reviendra plus

A la télé Casque d’or qui saigne
Comme un taureau loin de ses champs
Et Couderc et Bala qui peignent
Le mot Rugby sur mes dix ans

Et mes six ans dans tes robes
Mes bras qui ne te lâchent plus
Et quelqu’un qui ferme la porte
Où es-tu maman, où es-tu ?

Cali : "le rugby, c’est une chanson d’amour"
© Crédit photo : photo archives Emilie Drouinaud

C’est avec un couteau qu’on fait une chanson

C’est une Chanson de l’album Cavale, un projet aux expressions multiples.

Un poème slamé sur une musique Jazzy composé avec Augustin Charnet.

Cali se plait à déclamer, scander sa poésie sur scène. Le slam qui allie l’écriture et l’expression orale et scénique convient parfaitement à l’artiste. Le rythme est dans la voix. Les paroles sont mises en avant. Le slam est une performance qui demande un publique qui écoute. L’artiste donne, et les oreilles du spectateur reçoivent . Un moyen de rendre la poésie vivante. Des phrases écrites pour être entendues. Cali utilise le slam pour exprimer sa rage, sa révolte, son engagement. Des mots puissants, douloureux s’échappent de son ventre tout en douceur, en poésie.

Cali a utilisé une séquence improvisée sur le tournage du court-métrage « Cavale », réalisé avec Yann Orhan, pour mettre cette chanson en image. Le brillant Valentin Beaufils danse autour du feu emporté par l’instant. Le mélange de la douceur et de la force des mots est saisissant.

Le titre de cette chanson résonne  un peu comme une réponse à la chanson Utile interprétée par Julien Clerc. Etienne RODA GILL, naît le 1er août 1941 à Montauban, dans un camp de réfugiés et décédé le 31 mai 2004, a composé ce texte en 1992 en hommage à la résistance au Chili sous Pinochet : « A quoi sert une chanson quand elle est désarmée »… 

Le slam est né à Chicago, en 1984, dans un bar de jazz appelé le Green Mill Tavern tout comme Gil Scott-Heron reconnu pour ses chansons-poèmes et textes engagés spoken word , The Revolution Will Not Be Televised.

En France, Léo Ferré fut un des premiers artistes à enregistrer des chansons uniquement parlées sur un fond musical. Les chiens, Il n’y a plus rien, Et Basta

C‘est avec un couteau qu’on fait une chanson est une composition audacieuse qui marquera les mémoires.

« C’est avec un couteau qu’on fait une chanson ». Image du film de Yan Orhan.https://www.facebook.com/7655491687/videos/1186859674991500
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
Vas-y, va braquer, va traquer la chanson
Faut la suivre la nuit
Dans la nuit tout au fond
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
La coincer contre un mur
Et lui glisser la lame
Sous la veine du cou
Donne moi tout, donne moi tout
Mais faut pas la tuer
Si tu peux la tue pas
Braque la, enfuis-toi
Va te cacher là-bas
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
Et tu seras sa putain quand ton ventre aura faim
Quand ton corps hurlera et puis plus rien à boire
Dans une rue de Paris
Dans une salle obscure
Au pied d'une montagne
Entre des cuisses 
contre un mur
Dans les yeux d'un enfant qui perd une maman
Sous un chagrin trop lourd
Dans un lit sans amour
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
Vas-y, vas-y respire
Elle est là ta chanson
C'est un joli moment qui passe dans le vent
C'est un papillon bleu quand soudain t'es heureux
C'est un papillon rouge comme un drapeau mourant
C'est un papillon blanc comme un lit d'hôpital
C'est un papillon noir la plus belle chanson
Elle parle de l'espoir ou de la mort au fond
Elle parle de l'amour
Elle parle d'une larme
Qui pousse ou bien qui fond
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
C'est une photo qui traîne depuis tu ne sais plus
Une sourire jauni qui a presque disparu
Un visage griffé par le temps qui est trop con
Vas-y, vas-y pleure, elle est là ta chanson
C'est des miettes qu'on pousse de la paume de la main
C'est un enfant volé à un père qu'a plus rien
C'est un bon pain qu'on coupe collé sur la poitrine
C'est tous nos cheveux blancs qu'on tient comme un bouquet
C'est l'odeur d'une fenêtre ouverte sur la Chine
Bas-toi contre le vent elle est là ta chanson
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
Ces deux traits comme deux lèvres collées sur un tableau
Pour dire c'est égal c'est la mort ton taureau
C'est l'ouvrier de Ford qui a perdu son boulot
Et qui titube en pleurs dans une rue de Bordeaux
C'est un môme qui chaparde et qui court dans la nuit
Et qui respire fort derrière un mur, blotti
C'est la police qui passe et qui ne le voit pas
C'est un ami qui pleure et qu'on prend dans les bras
C'est toi
C'est toi

On ne se lâchera pas la main

La mythique salle parisienne de concerts et spectacles du Bataclan, où se produisait le groupe de rock américain Eagles of Death Metal, a été la cible de l’attaque la plus sanglante lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. 90 personnes sont mortes lors de l’assaut de trois kamikazes djihadistes de l’Etat islamique, sur un bilan total de 130 tués lors de ces multiples attaques. 

Cette nuit là Cali se produisait en concert à Brives-Charensac avec son groupe. 700 personnes étaient venues l’acclamer à la Maison pour tous. L’ambiance était à son comble. A la sortie du concert les visages se crispaient les uns après les autres. Les portables sonnaient. Quelque chose de grave se passait. Des gens partirent d’autres restèrent atterrés, désorientés devant le bar…Passer du rire aux larmes… Une incompréhension totale. L’équipe du chanteur allait et venait entre le bar et les loges sans trop savoir que faire. Cali finit par sortir de sa loge tête baissée pour se diriger vers le bus de la tournée…

Alors qu’il était dans son studio Cali déclara avoir écrit dans un état de tristesse « on ne se lâchera pas la main » avec Julien Lebart au piano et Mélody Giot au violoncelle. Chanson mise en ligne dès le 16 novembre 2015 mais jamais enregistrée sur un album.

le 19 Décembre 2015 dernière date de la tournée à Perpignan. Cali choisit de jouer cette chanson qu’il n’a joué qu’une seule fois et qu’il souhaite jouer pour la dernière fois accompagné de Mélody Giot et Julien Lebart. Ce moment restera unique. A la fin de la chanson Cali détruit le texte de ce poème avec rage et colère comme pour ne plus avoir à revivre cet instant…

En 2016 Cali enregistre « tout va recommencer« . chanson sur la vie après les attentats du 13 novembre 2015.

Le 13 mars 2017 Cali se produit au Bataclan pour son spectacle « seul en scène ». Désormais dit il, « chaque concert au Bataclan sera un hommage à ceux qui y ont perdu la vie. J’ai répondu présent de suite parce que c’est une salle formidable et je ne veux pas qu’elle devienne un tombeau… » Grande émotion quand le chanteur traversa le public un doigt sur la bouche pour demander le silence. Ce silence durera jusqu’à son retour sur scène ou il poursuivra, les larmes au yeux, »1000 cœurs debout ».

En septembre 2020, le procès des attentats du 13 novembre 2015 s’est ouvert pour six mois devant la cour d’assises spécialement composée de Paris. Prévu en janvier, il a dû être reporté en raison de la pandémie de Covid-19. Un procès d’une ampleur exceptionnelle, 1 765 parties civiles physiques et morales, plusieurs centaines d’avocats et de journalistes pour une attaque terroriste de masse, la plus meurtrière en France depuis la Seconde Guerre mondiale.

Je pause une bougie sur le rebord de la fenêtre
Mon voisin lui aussi allume aussi sa bougie
Alors on se sourit
On ne se connaît pas très bien
Mais ce soir on sait on ne se lâchera pas la main
 
On regarde dans la même direction
Ce ciel qui n’a plus d’horizon
De la fumée s’envole de nos bouches
Par ce putain de mois de novembre
Par cette nuit laide qui se couche sur cette trop longue journée d’après
 
En face d’autres bougies sur d’autres fenêtres
Comme une guirlande d’étoiles jusqu’à demain
On ne se connaît pas bien
Mais ce soir je sais mais ce soir on sait
On ne se lâchera pas la main.
 
Un petit vent frais se lève
Et ma flamme ne bouge pas
La sienne si elle monte droit belle et fière
Dans la nuit alors encore on se sourit
 
Ce soir on compte nos enfants morts
Paris t’es pas belle quand tu dors
On ne se connaît pas bien
Mais ce soir je sais
Mais ce soir tu sais on ne lâchera pas la main.
Cali on ne se lâchera pas la main – Perpignan – 2015

Sois Doux (feat. Tom Barman)

 4ème titre de l’album Cavale de Cali sorti le 13 avril 2020.

Une partie de cet album a été faite au studio ICP à Bruxelles. Cali a enregistré cette chanson en duo avec Tom Barman le chanteur du groupe dEUS.

Cette chanson est composée de mots touchants et délicats. La mélodie est pop et légèrement électro. La douceur et la délicatesse des voix de Tom Barman et Cali nous bouleversent. C’est tendre, sincère, émouvant. C’est l’amour après des années de solitude. Réapprendre à aimer.

Le chanteur dit avoir très fort pensé au film les Valseuses. Une comédie dramatique française écrite et réalisée par Bertrand Blier en 1974 avec Patrick Dewaert et Gérard Depardieu. Dans ce film ils décident d’aborder une femme (Jeanne Moreau) qui sort de prison après 10 ans de détention …

Sois doux
Sois doux
Tout ce temps loin de la vie
Je n’ai pas touché d’homme
Aucun fantôme n’a posé ses mains sur moi
Depuis toi depuis toi

Sois doux
Sois doux
Tous ces jours sans être aimée
Sans être regardée
Tout ce temps loin de la vie
Aime-moi doucement
Aime-moi maintenant
Viens, viens

Sois doux
Je veux que tu sois doux
Aucun sourire n’était pour moi
Aucun homme n’a posé ses yeux comme toi
Rien que pour moi
Je n’ai pas eu les mots qui font du bien
Qui font du bien

Sois doux
Sois doux
Aucun autre n’a passé ses doigts dans mes cheveux
Je ne sais plus le goût de la peau
Je ne sais plus les mots qu’il faut dire
Les plus beaux les plus hauts les plus hauts
Mon ventre n’a pas crié
Depuis toutes ces années
Je n’ai plus pleuré c’est si bon de pleurer

Tout ce temps loin de la vie
Je n’ai pas touché d’homme
Aucun fantôme n’a posé ses mains sur moi
Depuis toi
Depuis toi

I had to find the truth
Through living without you

This solitude was only just
A moment I got stuck into

You’re everywhere my gaze is
And dues to pay I paid it

I promise you
I’ll be there
When the thunder drowns your cries out

When the night makes you blind
And you feel left behind

I’m telling you
I’ll be there when the thunder drowns your cries out

‘Cause I don’t need another

I’m telling you
I’ll be there when the thunder drowns your cries out

Jeanne Moreau Gérard Depardieu « Les Valseuses »

CAVALE

Cavale, le premier titre éponyme du 9ème album studio de Cali sorti le 13 mars 2020. Chanson composée avec Augustin Charnet, compositeur, réalisateur… la chanson est un message à une ex sur le point d’en épouser un autre. Un texte plein de nostalgie et de souvenirs, lui aussi a refait sa vie. On y retrouve le passé de Cavale et Slim les Héros de Cowboy Mouth.

En effet, Cali et Augustin se sont inspirés de la pièce de théâtre Cowboy Mouth réalisée en 1971 par l’acteur réalisateur Sam Shepard et la chanteuse poète et photographe Patti Smith. Cette pièce se situe dans le New-York du début des années 70. En pleine rue, Cavale ( Patti Smith) kidnappe un homme, père de famille, avec une gueule de cowboy, Slim (Sam Shepard).

Cali a joué cette pièce en 2014 au théâtre de la Gaîté Montparnasse avec Marie Baraud.

« Cavale ça veut dire s’échapper » est la dernière phrase de la pièce Cowboy Mouth mais aussi le titre de son second roman…

Cali utilise de multiples supports et va jusqu’au bout de son art et de sa poésie pour s’exprimer. Il termine son recueil de poésie « Eparpillés » publié aux Éditions Invenit par une nouvelle. Elle donne la clé du disque « Cavale », des courts-métrages, du livre « Cavale ça veut dire s’échapper ».

Parait que tu t’en es sorti
Que t’es toujours aussi jolie
C’est un bon gars qu’est avec toi
J’ai entendu ça, j’ai entendu ça


J’ai hésité longtemps mais je t’écris
Moi j’ai pas pu quitter Paris
J’aime toujours pas cette ville
Tu vois, qu’est-ce que j’aimerais pas mourir là


J’ai arrêté de boire tu sais
Ça fera 1 an le 14 janvier
Je vois des gens qui m’aident, c’est extra
J’ai une vraie famille autour de moi


Parait que tu vas te marier
Est-ce que tu m’laisserais t’envoyer
Un petit quelque chose, c’est trois fois rien
Mais si tu veux bien moi j’y tiens

J’ai retrouvé les chaussures qui te plaisaient
C’était les rouges, j’pouvais pas me tromper
Ton sourire ce soir là m’a mis à genoux
Devant cette vitrine on était comme des fous


Tu voulais faire de moi une star du Rock’n’Roll
Moi j’étais hanché sur la colle de cowboy
Le premier soir où j’t’ai emmené diner
J’ai su que pour toi j’pourrais tout quitter

Est-ce que tu boittes encore mon p’tit corbeau sauvage?
Est-ce que dans ton ventre y’a toujours cette rage?
Ça t’rendait jalouse les gens qui s’tuent
Moi j’t’aimais même quand j’avais trop bu


A Paris le ciel est toujours enrhumé
Y’a même plus d’lune vers qui hurler
Je repasse des fois devant notre Chelsea

Ça m’fait plus mal, j’ai une autre vie
Tu verrais comme il est beau mon garçon
Il ramène plein de bonnes notes à la maison
J’aime ma femme, elle a su étrangler
Les fantômes qui voulaient me noyer


Est-ce que tu lui as raconté à lui aussi
Que t’as jamais pu devenir ce cygne pourri?
J’ai jamais pu relire le vilain p’tit canard
Elle est vraiment tordue cette putain d’histoire

Tu me manques mon bébé
Tu me manques à en crever
Ce soir je cherche ton rire, tes larmes
Qui glissaient sans prévenir
Woh-oh-oh-oh-ooh


Peut-être que les rêves que tu avais pour moi
Ils étaient pour toi
Cavale
Ils étaient pour toi
Ils étaient pour toi
Cavale
Ils étaient pour toi

Voilà je te souhaite d’être aimée
Je te souhaite une vie loin des gueules cassées
Je s’rai toujours ton slim mais n’oublie jamais
Cavale, ça veut dire s’échapper

Je te souhaite à mon pire ennemi

Chanson de l’album « Menteur » sorti en 2005 et premier titre du premier album live « Le bordel magnifique » de Cali , sorti le 2 octobre 2006, enregistré à Lille.

Encore une fois Cali règle ses comptes.  Pour en venir à écrire des mots si puissants il faut  avoir énormément souffert. C’est une chanson défouloir, pleine de haine, sortie de ses tripes. Une première écoute suffit pour comprendre.  Elle déborde de tristesse. Le verbe est cru,  les mots sont très forts et les phrases plus cruelles que jamais. La souffrance est ressentie à chaque instant. 

la musique qui est aussi violente que le texte, très électrique.

Jean-Claude Maes,  psychologue et psychothérapeute à Bruxelles, spécialiste de l’emprise , de la perversion narcissique et des sectes, a repris le texte de cette chanson pour introduire le chapitre 5 « Après la sortie » de son livre « D’amour en esclavage » : Ces relations qui font mal »…. 

Je te souhaite à mon pire ennemi
Oh oui je t’imagine agrippée à son bras
Prête à éventrer à tout moment
L’espèce de bout d’amour
Qu’il essaie de construire

Pardonnez-moi de rire
Mais j’imagine ce type
Enveloppé dans sa détresse extrême
Ressassant toutes les manières
De se foutre en l’air

Te traînant à son bras
Laide la bave aux lèvres
Comme un pitbull sans muselière
Je te souhaite à mon pire ennemi

Je voudrais presque le sauver
Lui tendre la main le réconforter
Lui dire combien je sais qu’il souffre
et qu’il n’a pas fini de mourir plusieurs fois

Tes doigts sont des couteaux
Tes yeux des lance-flammes
Alors je l’imagine s’extirper en lambeaux
De ce qu’il te reste de charme

Je te souhaite à mon pire ennemi, je te souhaite à mon pire ennemi, je te souhaite à mon pire ennemi…

Lentement je le vois chavirer
Lentement l’entendre sombrer
Se noyer dans l’océan de larmes que tu lui auras tiré
Le voir vieillir et se ratatiner
A chercher la sortie
Qu’il ne trouvera jamais
Je te souhaite à mon pire ennemi

Je te souhaite à mon pire ennemi, je te souhaite à mon pire ennemi, je te souhaite à mon pire ennemi…

Je veux le voir souffrir sous le souffle gris de ta perversité
Je veux le voir mourir comme tu m’as tué
Et je veux qu’il avance épuisé harassé le dos voûté
Dans le bourbier de ses remords
Qu’il se demande pourquoi ce jour-là il t’a ramassée
Je veux le voir mourant et les paupières tristes
Qu’il se demande encore

Je te souhaite à mon pire ennemi, je te souhaite à mon pire ennemi, je te souhaite à mon pire ennemi…

Je veux le voir brisé
Que le diable l’emporte
Je suis le veuf d’une traînée
Qui n’est pas encore morte

le grand chemin

« Le grand chemin », chanson de l’album « l’âge d’or » produit par David François Moreau en 2015.

Cali prend plaisir à côtoyer ses idoles de jeunesse.  Mike Scott des Waterboys intervient sur la chanson « List of Lies » de l’album « l’espoir ». Patti Smith a partagé la scène avec lui avec « Smell like teen spirit » en 2008 dans l’émission Taratata… là, il interprète cette chanson avec  Jimme O’Neill chanteur mythique du groupe « the silencers »

Pour Cali, Jimme O’Neill est un mythe, un dieu vivant. Toujours déterminé à réaliser ses fantasmes, il lui a proposé de chanter avec lui. Ce n’est pas un hasard.  L’univers musical Celte du nord de l’Europe a profondément influencé l’artiste.

Tout deux nous embarquent dans une histoire retraçant les moments heureux de l’existence avec l’envie de poursuivre le chemin… Comme toujours, le volcan de Cali explose avec la voix rugueuse de l’Écossais et la musique Celto-rock de cette ballade. 

Dans cette chanson il fait référence à une autre de ses idoles, Bruce Springteen, le Boss. A quand le duo ? 

Jimme O’Neill  et Cali ont chanté pour la Pop Rock Party au Galaxie d’ Amnéville le 22 décembre 2012, au Maggic Mirror Festival Mythos à  Rennes le 5 Avril 2012, aux déferlantes en 2017.

Ils ont interprété le grand chemin à « l’étage«  à Rennes en mai 2015. Un grand moment…. 

You are still my bride, we’ve the light inside,
It’s the act between Venus and Mars

Chérie, ramasse to sourire
Nous partons tous les deux vers très loin
Chérie, mets ta belle robe rouge
Et lâche tes cheveux, t’es mon petit Indien

Chérie, on va faire comme avant
Comme avant les enfants, quand on s’est ramassés
Chérie, on boitait tous les deux
Et au fond de mon ventre, t’es venue te nicher

Je vais t’emmener là-bas, ce soir la nuit nous appartient
Je vais t’emmener là-bas, c’est au bout du grand chemin

And the road it shines, lines of matrix signs
That are signalling love to the stars
You are still my bride, we’ve the light inside
It’s the act between Venus and Mars

Chérie, c’était à l’arrêt de bus, à la sortie du concert de Bruce
Il nous en a fait lui du bien
Chérie, sans un mot sans rien dire, J’ai ramassé ton sourire
Tous les deux on savait bien

Je vais t’emmener là-bas, la vie nous a volé presque rien
Je vais t’emmener là-bas, c’est au bout du grand chemin

And the road it shines, lines of matrix signs
That are signalling love to the stars
You are still my bride, we’ve the light inside
It’s the act between Venus and Mars

Chérie, t’as les mains sur les hanches sur le pas de la porte
Tu sais que ça me tue
Chérie, et sous ta robe rouge y’a mon rêve qui bouge
Je t’aime comme au début

On va s’aimer encore là-bas, tu m’en as fait toi du bien
On va s’aimer encore là-bas, c’est au bout du grand chemin

And the road it shines, lines of matrix signs
That are signalling love to the stars
You are still my bride, we’ve the light inside
It’s the act between Venus and Mars

And the road it shines, lines of matrix signs
That are signalling love to the stars
You are still my bride, we’ve the light inside
It’s the act between Venus and Mars

You are still my bride, we’ve the light inside
It’s the act between Venus and Mars

Mes vieux cinglés

Mes vieux cinglés, deuxième titre de l’album « Vernet les bains » paru en 2012. Titre en guitare voix.

C’est un texte qui fait mal. Cali, à la première personne du singulier livre une vision déchirante de l’enfance . Il se met dans la peau d’un enfant qui regarde ses parents se déchirer.

Il a expliqué que c’est sa fille qui lui a suggéré cette chanson. Elle lui a raconté qu’un petit garçon de sa classe n’était pas bien et faisait tout de travers et il a imaginé ce que pouvait être l’ambiance chez lui…

Les enfants ne choisissent pas et on ne doit pas leur faire vivre cette situation, ne pas leur offrir une ambiance de guerre. La violence est un sujet récurrent dans les textes de Cali. Parler de la violence pour la dénoncer, briser le tabou…

Le réalisateur Anglais Zack Spiger  a réalisé le clip avec une ambiance très cinématographique.

Fichez-moi la paix, mes vieux cinglés,
ne me courez plus après,
Ne cherchez pas à me revoir,
Fichez-moi la paix
.

Je vous laisse mes vieux cinglés,
Bourrez-vous la gueule tant que vous voudrez,
Battez-vous, cassez tout
Ce que vous pouvez.

Je ne veux plus en être
Mes vieux cinglés,
Vous étiez mes parents,
Et je me suis allongé
Tous ces soirs en entrant

De l’école dans votre maison,
Ma petite chambre, ma prison,
Mais je ne peux plus non.

Fichez-moi la paix, mes vieux cinglés,
Brûlez tout les bouts de moi qui traînent encore,
Tout les souvenirs, mes anniversaires ratés,
Où vous vous battiez encore.

Brûlez tout, moi je l’ai déjà fait,
Quand vos insultes volaient comme des pierres
A travers la maison , mes vieux cinglés

J’ai eu ma dose de mal au ventre
Quand vous hurliez, quand vous hurliez,
J’ai tellement prié pour me réveiller dans un autre lit.

Pourquoi les gens hurlent et se blessent ?
Pourquoi ?
Un enfant ne devrait pas se poser
Ces question là.

Lui : « elle est folle ! »
Elle : « il va me tuer! »
Brûlez tout mes vieux cinglés,
Moi je l’ai déjà fait.

Un enfant a besoin près de son petit lit
D’une lumière tendre,
Et au bord du sommeil, d’une histoire
Qui se termine dans l’amour,
Qui se termine dans l’amour.

Sans toi

Chanson de l’album « Fictions » de Jane Birkin. CD Paru le 20 mars 2006.

Dans « Sans toi » on reconnaît immédiatement la plume de Cali… Dans son album « menteur » il avait déjà dédié une chanson à Jane Birkin « Pour Jane »

Tu vois, tu vois
Toutes ces journées sans toi
Ne servent à rien
Elles passent et puis voilà
Crois-moi, crois-moi
Toutes ces journées sans joie
Et toi comme un miracle
Qui n’arrive pas
Tout ce que je voulais
De beau pour toi et moi
C’est de la porcelaine
Qui vole en éclats
Tout ce que je voulais
De beau pour toi et moi
Et tous ces petits bouts
Qu’on ne retrouve pas
Reviens, reviens
Ou je me fous en bas
Ce n’est pas du chantage
Mais ça dépend de toi


Crois-moi, crois-moi
Crois-moi je ne mens pas
Si tu voyais mes cernes
La nuit je ne dors pas
Chaque jour sans amour
Rabote un peu de moi
Y’a des pelures dans tous les coins
Ma vie en petits tas
Tu m’as confié ton ombre
Mais toi tu n’es pas là
J’ai le brouillard de l’ombre
Sous chacun de mes pas

Tu vois, tu vois
Toutes ces journées sans toi
Ne servent à rien
Elles passent et puis voilà
Voilà , voilà
Que me revient tout ça
Ces journées, fous d’amour
Accrochée à ton bras
Six mois c’est long
Sans nouvelles de toi
Peut-être que je te manque
Mais je ne le sais pas
Six mois, six mois
Ça fait déjà six mois
Que je perds les pétales
Reviens-moi, reviens-moi

Et surtout ne sois pas heureux
Non, surtout pas sans moi
Puisses-tu finir pute, mal marié
Très seul et tout en bas
Tu vois, tu vois
Toutes ces journées sans toi
Ne mènent à rien
Je fais n’importe quoi
Sans toi