Notre amour est un pitbull

Éparpillés, un recueil de poésie publié aux Éditions Invenit sorti le 6 novembre 2020.

Invenit a créé une nouvelle collection, baptisée « Le chant des possibles », imaginée et dirigée par Eric Poindron écrivain, critique, éditeur, collectionneur. Les trois premiers titres sont des ouvrages de Cali, Baptiste Beaulieu et Marc Dufaud.

Le recueil de Cali regroupe des écrits et quelques ébauches de chansons. L’auteur parle de sa vie, de ses proches, de ses héros, de ses modèles, de ses rêves, de ses regrets, de ses doutes… Des textes écrits par-ci par-là, sur plusieurs années, sur la route.

A chaque instant l’auteur est à la recherche de vibration et de pureté. Il nous fait voyager dans ses souvenirs. Il extériorise ses humeurs, et ses émotions. Un besoin de dépecer son cœur. Il rend hommage à ceux qu’il aime et qu’il admire. Les textes sont très personnels, ils expriment des sentiments universels.

Eric Poindron permet à Cali de dévoiler au grand public sa plume poétique, sa façon bien personnelle de se libérer par les mots et les sons.

Dans l’Amour est un pitbull Cali utilise une métaphore. Avec beaucoup d’imagination, il fait un rapprochement entre l’Amour et un pitbull. L’Amour peut être violent, effrayant dangereux. Ce texte est une suite d’images qui insistent constamment sur cette ressemblance et qui finalement nous donne une impression d’évidence.

Un pitbull éduqué ne présente-il pas une certaine douceur, le calme et la fidélité même s’il doit être sorti muselé et en laisse ? Mais certes, quand il attaque il ne lâche rien, « il nous tient ».

notre Amour est un pitbull
je le caresse dans le sens du poil
je sais qu'il peut m'arracher le bras à tout
 moment
si tu lui remets cette muselière
je l'abattrai froidement
notre Amour est un pitbull
il nous dévorera un jour sans pitié
personne ne me pleurera
car lequel de nous deux à l'air de l'assassin
quand je le promène dans la rue
à l'heure du couvre-feu
quand la bave coule de ses lèvres
il se traîne en grognant autour
des dernières ruines de notre sale histoire
alors je n'entends plus que le bruit des mes
 doigts maigres
qui parcourent ta peau
comme des troupes lâchées dans la nuit
je devine leurs gémissements apeurés dans le 
 noir
notre Amour est un pitbull
il fallait s'en débarrasser quand il était encore
 temps
tu savais comme moi qu'il était enragé
assassin tueur
notre Amour est un pitbull
il nous tient

otre amour est un pitbulest un exemple de la puissance de l’écriture de Cali. Il compare l’amour à un pitbull. placer les mots là ou ça fait mal souffrance douleur cruel.. il ne peut pas s’en échapper. il va a l’extreme

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Eparpilles.jpg.
Eparpillés Cali – Le chant des possibles

C’est avec un couteau qu’on fait une chanson

C’est une Chanson de l’album Cavale, un projet aux expressions multiples.

Un poème slamé sur une musique Jazzy composé avec Augustin Charnet.

Cali se plait à déclamer, scander sa poésie sur scène. Le slam qui allie l’écriture et l’expression orale et scénique convient parfaitement à l’artiste. Le rythme est dans la voix. Les paroles sont mises en avant. Le slam est une performance qui demande un publique qui écoute. L’artiste donne, et les oreilles du spectateur reçoivent . Un moyen de rendre la poésie vivante. Des phrases écrites pour être entendues. Cali utilise le slam pour exprimer sa rage, sa révolte, son engagement. Des mots puissants, douloureux s’échappent de son ventre tout en douceur, en poésie.

Cali a utilisé une séquence improvisée sur le tournage du court-métrage « Cavale », réalisé avec Yann Orhan, pour mettre cette chanson en image. Le brillant Valentin Beaufils danse autour du feu emporté par l’instant. Le mélange de la douceur et de la force des mots est saisissant.

Le titre de cette chanson résonne  un peu comme une réponse à la chanson Utile interprétée par Julien Clerc. Etienne RODA GILL, naît le 1er août 1941 à Montauban, dans un camp de réfugiés et décédé le 31 mai 2004, a composé ce texte en 1992 en hommage à la résistance au Chili sous Pinochet : « A quoi sert une chanson quand elle est désarmée »… 

Le slam est né à Chicago, en 1984, dans un bar de jazz appelé le Green Mill Tavern tout comme Gil Scott-Heron reconnu pour ses chansons-poèmes et textes engagés spoken word , The Revolution Will Not Be Televised.

En France, Léo Ferré fut un des premiers artistes à enregistrer des chansons uniquement parlées sur un fond musical. Les chiens, Il n’y a plus rien, Et Basta

C‘est avec un couteau qu’on fait une chanson est une composition audacieuse qui marquera les mémoires.

« C’est avec un couteau qu’on fait une chanson ». Image du film de Yan Orhan.https://www.facebook.com/7655491687/videos/1186859674991500
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
Vas-y, va braquer, va traquer la chanson
Faut la suivre la nuit
Dans la nuit tout au fond
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
La coincer contre un mur
Et lui glisser la lame
Sous la veine du cou
Donne moi tout, donne moi tout
Mais faut pas la tuer
Si tu peux la tue pas
Braque la, enfuis-toi
Va te cacher là-bas
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
Et tu seras sa putain quand ton ventre aura faim
Quand ton corps hurlera et puis plus rien à boire
Dans une rue de Paris
Dans une salle obscure
Au pied d'une montagne
Entre des cuisses 
contre un mur
Dans les yeux d'un enfant qui perd une maman
Sous un chagrin trop lourd
Dans un lit sans amour
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
Vas-y, vas-y respire
Elle est là ta chanson
C'est un joli moment qui passe dans le vent
C'est un papillon bleu quand soudain t'es heureux
C'est un papillon rouge comme un drapeau mourant
C'est un papillon blanc comme un lit d'hôpital
C'est un papillon noir la plus belle chanson
Elle parle de l'espoir ou de la mort au fond
Elle parle de l'amour
Elle parle d'une larme
Qui pousse ou bien qui fond
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
C'est une photo qui traîne depuis tu ne sais plus
Une sourire jauni qui a presque disparu
Un visage griffé par le temps qui est trop con
Vas-y, vas-y pleure, elle est là ta chanson
C'est des miettes qu'on pousse de la paume de la main
C'est un enfant volé à un père qu'a plus rien
C'est un bon pain qu'on coupe collé sur la poitrine
C'est tous nos cheveux blancs qu'on tient comme un bouquet
C'est l'odeur d'une fenêtre ouverte sur la Chine
Bas-toi contre le vent elle est là ta chanson
C'est avec un couteau qu'on fait une chanson
Ces deux traits comme deux lèvres collées sur un tableau
Pour dire c'est égal c'est la mort ton taureau
C'est l'ouvrier de Ford qui a perdu son boulot
Et qui titube en pleurs dans une rue de Bordeaux
C'est un môme qui chaparde et qui court dans la nuit
Et qui respire fort derrière un mur, blotti
C'est la police qui passe et qui ne le voit pas
C'est un ami qui pleure et qu'on prend dans les bras
C'est toi
C'est toi

On ne se lâchera pas la main

La mythique salle parisienne de concerts et spectacles du Bataclan, où se produisait le groupe de rock américain Eagles of Death Metal, a été la cible de l’attaque la plus sanglante lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. 90 personnes sont mortes lors de l’assaut de trois kamikazes djihadistes de l’Etat islamique, sur un bilan total de 130 tués lors de ces multiples attaques. 

Cette nuit là Cali se produisait en concert à Brives-Charensac avec son groupe. 700 personnes étaient venues l’acclamer à la Maison pour tous. L’ambiance était à son comble. A la sortie du concert les visages se crispaient les uns après les autres. Les portables sonnaient. Quelque chose de grave se passait. Des gens partirent d’autres restèrent atterrés, désorientés devant le bar…Passer du rire aux larmes… Une incompréhension totale. L’équipe du chanteur allait et venait entre le bar et les loges sans trop savoir que faire. Cali finit par sortir de sa loge tête baissée pour se diriger vers le bus de la tournée…

Alors qu’il était dans son studio Cali déclara avoir écrit dans un état de tristesse « on ne se lâchera pas la main » avec Julien Lebart au piano et Mélody Giot au violoncelle. Chanson mise en ligne dès le 16 novembre 2015 mais jamais enregistrée sur un album.

le 19 Décembre 2015 dernière date de la tournée à Perpignan. Cali choisit de jouer cette chanson qu’il n’a joué qu’une seule fois et qu’il souhaite jouer pour la dernière fois accompagné de Mélody Giot et Julien Lebart. Ce moment restera unique. A la fin de la chanson Cali détruit le texte de ce poème avec rage et colère comme pour ne plus avoir à revivre cet instant…

En 2016 Cali enregistre « tout va recommencer« . chanson sur la vie après les attentats du 13 novembre 2015.

Le 13 mars 2017 Cali se produit au Bataclan pour son spectacle « seul en scène ». Désormais dit il, « chaque concert au Bataclan sera un hommage à ceux qui y ont perdu la vie. J’ai répondu présent de suite parce que c’est une salle formidable et je ne veux pas qu’elle devienne un tombeau… » Grande émotion quand le chanteur traversa le public un doigt sur la bouche pour demander le silence. Ce silence durera jusqu’à son retour sur scène ou il poursuivra, les larmes au yeux, »1000 cœurs debout ».

En septembre 2020, le procès des attentats du 13 novembre 2015 s’est ouvert pour six mois devant la cour d’assises spécialement composée de Paris. Prévu en janvier, il a dû être reporté en raison de la pandémie de Covid-19. Un procès d’une ampleur exceptionnelle, 1 765 parties civiles physiques et morales, plusieurs centaines d’avocats et de journalistes pour une attaque terroriste de masse, la plus meurtrière en France depuis la Seconde Guerre mondiale.

Je pause une bougie sur le rebord de la fenêtre
Mon voisin lui aussi allume aussi sa bougie
Alors on se sourit
On ne se connaît pas très bien
Mais ce soir on sait on ne se lâchera pas la main
 
On regarde dans la même direction
Ce ciel qui n’a plus d’horizon
De la fumée s’envole de nos bouches
Par ce putain de mois de novembre
Par cette nuit laide qui se couche sur cette trop longue journée d’après
 
En face d’autres bougies sur d’autres fenêtres
Comme une guirlande d’étoiles jusqu’à demain
On ne se connaît pas bien
Mais ce soir je sais mais ce soir on sait
On ne se lâchera pas la main.
 
Un petit vent frais se lève
Et ma flamme ne bouge pas
La sienne si elle monte droit belle et fière
Dans la nuit alors encore on se sourit
 
Ce soir on compte nos enfants morts
Paris t’es pas belle quand tu dors
On ne se connaît pas bien
Mais ce soir je sais
Mais ce soir tu sais on ne lâchera pas la main.
Cali on ne se lâchera pas la main – Perpignan – 2015